Les premiers pas, de Paula Dumont

Les premiers pas, Un amour lesbien, récit, éditions l’Harmattan, février 2017

Pascale, une jeune enseignante savoyarde sans grande expérience amoureuse, s’est éprise d’Hélène qu’elle a rencontrée à Paris au cours d’un stage de formation professionnelle. Mais Hélène vit depuis cinq ans à Montpellier avec Jacqueline qu’elle aime profondément. En outre, elle projette d’avoir un enfant. Si elle peut envisager de passer des moments agréables avec Pascale pendant leur séjour parisien, il est impensable qu’elle réponde à son amour.
Les premiers pas est un récit qui narre un moment crucial de l’éducation sentimentale d’une jeune lesbienne. En quelques jours, Pascale voit s’effondrer la plupart de ses convictions pour découvrir qu’elle peut être désirée, et même peut-être aimée, si elle abandonne ses idées négatives et surtout si elle cesse d’intérioriser la lesbophobie de son entourage. Car il est impossible de créer seule de nouvelles façons de vivre quand tout conspire à saper le peu de confiance qu’une lesbienne solitaire peut avoir en soi.

À la dérive, de Marie-Hélène Lafond

À la dérive, roman jeunesse (10-13 ans), Averbode éditions, collection Récits Express, novembre 2016
Illustrations : Anne-Catherine De Boel

2016_couv_lafont3Ali a 14 ans. Il a décidé de rejoindre la côte et de s’embarquer pour l’Europe comme des milliers de ses compatriotes. Mais la traversée est semée d’embuches… Au jour le jour, au fil des heures, l’auteure raconte l’odyssée d’Ali, ses peurs et, aussi, ses espérances.

« Zarzis, jeudi 17 mai 2011, 23 heures 30
Karim les fait courir en rangs serrés. Les candidats à l’exode se massent sur le bord du quai. C’est une véritable cohue.
Ali découvre alors avec consternation un sardinier de 12 m.
Peu avant leur arrivée, il a été débarrassé de tout ce qui est inutile, pour faire de la place. Pour embarquer le plus de monde possible. Sur son flanc, une main malhabile a peint un nom : «Houria». Ali se demande s’il doit prendre cela pour un bon présage.
Mais le jeune homme ne peut ignorer son état épouvantable : sa peinture qui s’écaille dévoilant le gris du bois, la rouille est partout présente. Ce n’est pas un bateau : c’est une épave.
Face à un tel constat, Ali ne peut s’empêcher de frissonner : c’est sur ce rafiot qu’ils vont faire la traversée ? C’est de la folie !
Ali hésite, recule. Il se rappelle alors ces rumeurs selon lesquelles certains bateaux ne seraient jamais arrivés à bon port. Et d’autres auraient dérivé pendant des jours…
Ali avait interrogé Hassan, un étudiant, qui avait parlé de légendes, de conspirations pour dissuader les jeunes de partir. Quant à Karim, il s’était contenté de hausser les épaules en déclarant « De toute façon, le risque zéro ça n’existe pas ! »
– Surtout ne te mets pas à la proue. Ni trop près du bastingage.
Ali sursaute et se retourne pour voir qui vient de lui parler. Derrière lui se tient un jeune homme très grand, très maigre, qui lui sourit.
– Je m’appelle Bilal…
Mais Ali n’a pas le temps de lui répondre. Déjà, poussé par des harragas impatients, il enjambe le garde-corps et monte à bord. »

Le dragon du jour de l’an, de Marie-Hélène Lafond

Le dragon du jour de l’an, album jeunesse, Circonflexe éditions, novembre 2016
Illustrations : Suzy Vergez

2016_couv_lafont4« Au temps où les dragons régnaient sur la terre et sur les mers, on ne célébrait pas le Nouvel An.

Dans un petit village de l’île de Taïwan, c’était même le jour le plus triste de l’année car, bien longtemps auparavant, un homme avait eu le malheur de tuer un dragon des mers. Et depuis, le fantôme du dragon revenait les hanter chaque année dans la nuit du Nouvel An, réclamant le sacrifice d’un fils premier-né, pour satisfaire son appétit vorace ! »

Avec 8 pages explicatives du jour de l’an chinois.

Gratte-moi le dos !, de Marie-Hélène LAFOND

Gratte-moi le dos !, album jeunesse, Bernest éditions, novembre 2016
Illustrations : Benoît Turbet

2016_couv_lafond2Midi, dans la savane. Léonard le lion s’installe pour une sieste bien méritée. Mais soudain, voilà que cela le démange au milieu du dos, là juste entre les omoplates ! Léonard a beau faire, il n’arrive pas à se gratter. Trouvera-t-il une âme charitable qui le soulagera ?

Existe en trois versions :  en Français, en bilingue Français-Allemand et en Allemand

Roman de romans : Un abécédaire, de Raymond Alcovère

Roman de romans : un abécédaire, éditions Les Réfractaires, novembre 2016

2016_couv_alcovereMille romans en un… C’est le désir de ce livre… Tirer de ce qui a été écrit l’essentiel, ce qu’on pourrait réunir en un seul volume, un livre de bord, pour voyager.
On pourra le butiner, l’ouvrir au hasard ou le lire avec attention, chacun en usera comme bon lui semble. Un livre qui est le fruit de longues années de travail, de recherche et de plaisir, construit comme un abécédaire.

Les domaines couverts sont le plus larges possibles ; on y trouvera beaucoup de littérature, mais aussi des arts plastiques, un peu de musique, d’histoire, de philosophie, de spiritualité, et un zeste de légèreté, ci ou là… Il est bien sûr incomplet, inachevé, subjectif, mais susceptible d’éveiller l’envie d’ouvrir ou de rouvrir d’autres livres. « Diversité, c’est ma devise » écrivait Jean de la Fontaine.

« Il y a des écrits qu’on lit distraitement, ceux qu’on lit en sachant qu’on ne les relira jamais, et puis, en très petit nombre, ceux qu’on relit sans cesse. On les sait presque par cœur, à la virgule près, mais, rien à faire, ils révèlent toujours quelque chose de nouveau, ils sont actifs sans en avoir l’air, ce sont des émetteurs constants, des trésors. Ils font signe. Du coup, une autre vision se dessine. » a écrit Philippe Sollers. Voilà la vision qui a déterminé l’écriture de ce livre : retenir le meilleur, l’organiser et le transmettre.

On peut lire des extraits ici

Témoignages sur le syndrome du jumeau perdu, traduction de Florence Ludi

Témoignages sur le syndrome du jumeau perdu – Sur la voie de la résilience, éditions Le Souffle d’Or, 2016 (allemand > français)
auteurs Alfred et Bettina Austermann
Titre original : Ich habe meinen Zwilling verloren – Alleingeborene erzählen,


couv-temoignages-syndrome-jumeau-w
Près d’un être humain sur dix commence sa vie dans le ventre de sa mère accompagné d’un jumeau… Si l’un d’eux meurt, le survivant subit un choc énorme dont il n’est pas conscient plus tard. Un grand vide subsiste dans son âme, et cela a un impact sur sa vie entière. En prendre conscience permet d’avancer sur le chemin de la résilience.

Le présent ouvrage rassemble d’une part des retours de personnes ayant perdu un jumeau soit très tôt, soit à un stade plus tardif de leur gestation, soit en phase périnatale – juste avant, pendant ou juste après leur naissance – et d’autre part, des récits de parents qui racontent quel impact la perte d’un jumeau a eu sur leur enfant en bas âge.

F*ck feelings, collection traduite de l’anglais par Florence Ludi

F*ck feelings – Une collection de 9 guides pratiques pour gérer toutes les situations impossibles, éditions Thierry Souccar, 2016 (anglais > français)
auteurs Dr Michael Bennett & Sarah Bennett: f*ck feelings
Titre original : One Shrink’s Practical Advice for Managing All Life’s Impossible Problems

f_ck-la-communication-orig  f_ck-lestime-de-soi-orig  f_ck-linjustice-orig

Le Dr Michael Bennett, célèbre psy new-yorkais, dédramatise tous les petits tracas de la vie à coup de conseils bienveillants et d’humour décapant.
Ici pas de gourou souriant en couverture, pas d’introspection culpabilisante, mais des conseils fiables, concrets et éminemment utiles pour
1/ renoncer à changer ce qui ne peut l’être vraiment et
2/ se contenter de faire de son mieux avec ce que l’on a.
Et c’est drôle.
Parce que même quand elle est dure, la vie est ainsi, « drôle ».

« On a trouvé les manuels anti-blues de la rentrée. » (Vogue)

Thés, traduit de l’anglais par Florence Ludi

Thés – Les origines, la préparation, la dégustation, les recettes, gastronomie grand public, éditions Dunod, octobre 2016
AUTEURS : Louise Cheadle, Nick Kilby – TRADUCTION (anglais < français) : Florence Ludi 
Illustrations : sources multiples
2016_couv_ludi_thes

Ce livre joliment illustré offre un très beau voyage dans le temps et autour du monde, à la rencontre des producteurs et des consommateurs de thé. Laissez-vous transporter dans cet univers enchanté où se mêlent harmonieusement couleurs, odeurs et saveurs.
Un cahier de recettes gourmandes vient boucler ce voyage : salade de bœuf au thé infusé, bouillon de poulet au thé vert, macarons au Earl grey, glaces, smoothies et même cocktails.
Vous saurez tout sur le thé et l’art de vivre qui l’accompagne.

Gins – 101 façons de vous laisser surprendre, traduit par Florence Ludi

Gins – 101 façons de vous laisser surprendre, gastronomie grand public, éditions Dunod, octobre 2016
AUTEUR : Ian Buxton – TRADUCTION (anglais < français) : Florence Ludi
Illustrations : sources multiples

2016_couv_ludi_gins

Vous connaissez sûrement les classiques gin tonic et gin fizz ou encore les cocktails mythiques comme l’Aviation ou le Dry Martini. Mais savez-vous que le gin mérite également de se déguster seul et qu’il existe de nombreuses marques offrant une gamme étendue de saveurs ?

De Bombay Sapphire à Tarquin’s, en passant par Citadelle, Hayman’s ou encore Monkey 47, Ian Buxton vous dévoile, parfois avec humour, l’histoire secrète des marques de gins, prestigieuses ou injustement méconnues.

La Baraque du Cheval noir, d’André Gardies

La Baraque du Cheval noir, roman, éditions de la Différence, octobre 2016

2016_couv_gardies

Jacques Torrant a loué pour quelques mois une maison isolée sur les hauteurs du Massif Central, appelée « la Baraque du Cheval noir » et sur laquelle circulent quantité d’histoires, de rumeurs et d’intérêts dissimulés. Il vient là pour terminer un ouvrage qu’il a en cours mais aussi pour partir sur la trace de son oncle Paul, retrouvé mort voici plus de dix ans dans une tourbière des environs. La présence  de ce locataire n’est pas du goût de tout  le monde dans le pays.

Le secret du Lez, d’Hélène Ourties

Le secret du Lez, légende, Ecri’Service édition, illustrations de Lakoo, septembre 2016

2016_couv_ourtiesDans notre univers, parmi les mille milliards de mondes, tout semble possible. Un voyage à la frontière du rêve et de la réalité avec le profond désir de percer le secret caché dans la source du Lez.

« Le Lez est le plus petit fleuve côtier de France (Hérault) et il a la particularité d’abriter une espèce de poisson endémique, unique au monde : Le Chabot du Lez. Découvert officiellement en 1964, cet habitant des fonds caillouteux du Lez est classé parmi les 15 espèces menacées d’extinction en France. (inscrit dans la Convention Internationale « Natura 2000 »). À quelques mètres de la source du Lez, sous les arches du vieux pont, on peut l’apercevoir. Mais qui connait sa véritable origine ? Pagès, berger des Cévennes, a une petite idée sur le sujet, voici ce qu’il m’a raconté…»

(tirage limité pour cette version française, soutenue par la Ville de Lattes / version en occitan attendue pour 2017)

 

Le ciel du dessous, de Jean Azarel

Le ciel du dessous, poésie, La Boucherie Littéraire, octobre 2016

2016_couv_azarel

Comme tant d’autres, il croyait qu’il n’y avait qu’un ciel.
Il se trompait. Ils étaient trois !

« Ganter l’éclipse
de nos sécrétions,
espérer violemment
que l’embrasement mène
à tous les ciels perdus. »