Jean-Claude Dana

Son site

Biographie : Jean-Claude Dana est né en 1941 à Tunis. Marié, il est père de quatre enfants. Considérant que la jeunesse n’a pas d’âge, il a d’une certaine manière renoncé à vieillir. Fortifié par son expérience humaine, il revendique la richesse de ses racines multiples et s’affirme sans religion. Tenant des grands principes de l’universalité, antiraciste convaincu, républicain dans l’âme et démocrate passionné, il défend avec force et vigueur son attachement à la laïcité.
Après des études au lycée Carnot de Tunis et un bac passé en 1957, il suit des études de chirurgien-dentiste à Montpellier qui le feront nommer Docteur en chirurgie dentaire en 1966, puis Expert Judiciaire en Odontologie en 1980, jusqu’à l’Honorariat en 2007.
Président-Fondateur en 1994 du chapitre Languedoc-Roussillon de « Alpha Omega International Dental Organization », une fraternité centenaire d’origine nord-américaine de dentistes juifs, il démissionne en 2000 en raison du caractère trop exclusif de l’identité juive et de l’attachement à Israël de cette association.
Il privilégie au plus haut point sa vie de famille dont son épouse orchestre l’harmonie avec un exceptionnel talent. Le bridge, qu’il a pratiqué longtemps, aura garni ses étagères de quelques coupes victorieuses et laissé le souvenir du « Stendhal Bridge-Club », club qu’il créa et dirigea à Grenoble dans les années 70. Ses autres pôles d’intérêt sont la lecture, le cinéma et le tir sportif au gros calibre, sans oublier la fréquentation d’institutions à vocation philanthropique, philosophique et progressive.
L’aventure de l’écriture qui semble bien être aujourd’hui sa vraie passion commence à la fin du siècle dernier. Parfois désabusé, mais rarement cynique, amoureux de la langue, il manie avec un bonheur… variable son arme défensive favorite, l’humour sans lequel, dit-il, les choses ne seraient jamais que ce qu’elles sont. Il porte ainsi avec panache son deuxième prénom, Salomon, roi des Hébreux, constructeur du Temple de Jérusalem, amant de la reine de Saba et de bien d’autres et auquel on attribue tout autant le poétique et érotique Cantique des cantiques que l’amer et réaliste Ecclésiaste.

Lire un extrait
Lire un deuxième extrait

 

Bibliographie

  • L’Éclate-vie, récit, Éd. Branche d’Acacia, 2010
  • État de veille, roman, Éd. Esméralda, 2003
  • Le juif albinos, roman, Athena Éd., 2000