1 thought on “Des noyaux dans le polar”

  1. J’aime la voix de Gildas, toujours si douce, énonçant des choses dignes d’être écoutées…
    Et puis j’aime sa posture, entre terre et mer, entre culture des oliviers et amour pour la littérature…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.