1 thought on “Zapper les bruits du monde”

  1. Très intéressants ces commentaires de Philippe Besson sur son écriture qui devient plus ramassée – il perd le goût de la lenteur – alors qu’Aurélien Manya aime les séries qui vont à l’encontre de la vitesse du numérique et réintroduisent pour lui la lenteur propre à la littérature.
    A quand un article sur le transmedia storytelling par un auteur de littérature ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.