Et moi, on m'oublie, d'Henri Lehalle

 Francisco José de Goya y_Lucientes - The sleep of reason produces monsters

Et moi, on m’oublie ?
Dieu, Dieu, Dieu, Dieu. Il n’y en a que pour Lui.
Allons, soyez méchants, pensez un peu à moi, nom de Lui !
Voyez le mal que je me donne pour conduire l’humanité à sa perte, maintenant et pour les siècles des siècles. Bref, le plus vite possible.

Oh, ici, je ne suis pas tout seul. Je ne me plains pas, Il est obligé de m’envoyer du monde : financiers, exploiteurs, imprécateurs de toute confession, professeurs vendus au grand capital, marchands de canons ou de kalach… Cela fait beaucoup.
Mais l’ambiance est morose ils passent leur temps à se chamailler pour savoir qui sera le plus loin du feu.
Alors, pour me distraire, cela fait des années que j’attendais ceux de Charlie.
Iconoclastes, pornographes, blasphémateurs, érotomanes (et woman), j’étais certain de les récupérer, tous ces sapajous et moules à gaufres que j’aurais cuisinés pour l’éternité.
D’ailleurs, ils voulaient venir avec moi, se disant qu’on est mieux en bas, au coin du feu, plutôt que dans les nuées qu’ils pensaient solennelles et glacées.
Et voilà, un petit moment d’inattention de ma part et toc, j’envoie mes tristes exécuteurs en faire des martyrs de la liberté.
Alors, Lui, évidemment, Il se les récupère. Il est trop bon. Parfois même il se garde les poseurs de bombes pensant qu’ils ont eu une enfance difficile, pas de chance dans la vie ou qu’ils ont été manipulés par d’autres… A quoi ça sert que je me décarcasse ? Mais rassurez-vous, leurs commanditaires sont toujours avec moi.

Entre nous, des humoristes, j’en ai raté beaucoup : Reiser, Coluche, Cavanna, Gébé… même le Professeur Choron, et bien d’autres. Maintenant ils sont là-haut pour la fête éternelle !
« T’avais qu’à pas te prendre pour moi » qu’il me dit, Lui.
Mais le pire c’est la suite. Désormais vous êtes tous des Charlies. Vous marchez tous ensemble, parlant de solidarité, de respect des autres, d’amour… Tout le monde se marie avec tout le monde… Quelle horreur ! Où va-t-on ?
Par tous les moi-même, je suis foutu.

Illustration : Dessin préparatoire pour « El sueño de la razón produce monstruos » (Le sommeil de la raison produit des monstres). « Sueno 1º » (23 x 155 mm). Francisco de Goya, 1797

1 thought on “Et moi, on m'oublie, d'Henri Lehalle”

  1. C’est magnifique. Vous êtes magnifiques mes amis! C’est bon, votre intelligence, votre capacité de dérision, sans méchanceté, sans rien de noir dans le cœur, et votre lucidité anti-angélique.
    Hélas, qu’y a-t-il en face ?
    Je voudrais vous encenser avec lyrisme, mais vous ne l’accepteriez pas et puis… j’ai perdu ma lyre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.