Les pavés de Syntagma, de Louise Caron

Les pavés de Syntagma, pièce de théâtre, éditions Lansman, janvier 2016

Les pavés de Syntagma, de Louise Caron

Cette comédie dramatique met en scène le destin d’une femme grecque, Athéna, ancien professeur de philosophie.
Son passé est livré par fragments, au travers de souvenirs qui s’incarnent.
Athéna La Vieille dialogue avec sa jeunesse, ces femmes qu’elle fut dans le passé et qui se matérialisent sur le plateau.

De brèves rencontres, de Louise Caron

De brèves rencontres, pièce de théâtre, coauteur Michel Caron, éditions Les Mandarines, décembre 2015

De brèves rencontres, couv, de Louise Caron

De brèves rencontres… est le titre générique d’une série de dix scènes courtes où la rencontre de personnages sert de fil conducteur.
Ces textes offrent une suite d’intrigues absurdes, improbables, folles.
Tranches de vie dans lesquelles le décalage engendre le rire, le malaise ou la réflexion.

Poème de Jean Joubert

jean-joubert

 

Éclaire ta charrue
et comme jadis
dans les terres d’enfance
trace ton sillon droit
sous le regard complice des étoiles.

Jean Joubert

 

 

Le poète nous a quittés le 28 novembre 2015.

 

Échos d’auteurs qui l’ont bien connu.

« Une grande perte. Richesse de l’homme, richesse de l’œuvre. Il avait si bien joué le jeu de la « dictée » à Bernis (30), avec sérieux, humour et calme élégance. Avec toute mon affliction. »
André Gardies

« Je suis atterrée d’apprendre cette nouvelle, j’admirais Jean énormément, l’homme si simple si chaleureux et le poète si talentueux. Condoléances à sa famille. Je ne pourrai malheureusement pas aller à l’enterrement, étant handicapée, et je vous prie de m’en excuser. » Denise Miège-Simansky 

« J’ai découvert l’homme qui se cachait derrière le poète lors de la Maman des poissons à Pezenas il y a quelques années, ce fut un grand moment pour moi. » Michèle Bayar

« Cette nouvelle m’afflige profondément. Nous étions souvent côte à côte dans les salons du livre. J’ai apprécié autant l’homme que le poète ; son ouverture d’esprit, sa profonde humanité, sa gentillesse… et son talent. » Florence Ferrari

« En souvenir du “prof” de Paul Valéry, de l’écrivain – poète de talent, de l’homme qui aimait partager et de l’ami que j’avais toujours plaisir à rencontrer… Il réside désormais au Parnasse.
Ars longa, vita brevis » Hervé Pijac

Il nous poussait des dents de loup, de Laurence Biberfeld

Il nous poussait des dents de loup, novela noire, éditions in8, novembre 2015

couv_BIBERFELD2

Revenue dans les Cévennes après une carrière de reporter de guerre, Rachel trouve ses chères montagnes en proie à une guérilla civile autour d’un chantier de coupe dévastateur. Reprenant le harnais, elle couvre l’actualité de cette ZAD forestière.

État de siège, de Yves Carchon

raphaelle Boutié

Après l’effroi, après la solidarité partagée avec les familles des nombreuses victimes, après le coup de chapeau aux personnels médicaux et soignants, le respect dû à la qualité de nos forces d’intervention, il faut se concentrer sur la défense de notre pays attaqué lâchement. Le terrorisme, par essence, frappe là où on l’attend le moins. D’où la difficulté à prévenir ses coups. Néanmoins, notre république démocratique est en guerre. Non seulement en Irak mais chez elle. Il lui faut donc adapter sa propre défense à cette nouvelle guerre. On ne peut plus finasser en tentant de comprendre le pourquoi d’une telle violence. Il faut prendre les mesures qui s’imposent. A commencer par tout tenter pour que, sur le front irakien, on aligne une seule et même coalition face à Daech, qu’on en finisse avec notre défiance avec Poutine (même si on sait qui est Poutine) ou même avec Assad. Il faut savoir où est son ennemi et le frapper, quitte à s’allier avec ce qui n’est pas de nos amis. Il faut aussi en finir avec l’hypocrisie sur les états voyous ou les filières qui fournissent des armes à Daech ou l’appuient sous le manteau. Chez nous, il faut fermer la porte à ces jeunes Français partis faire le djihad quand ils reviennent en France. La république, quand elle est en danger, doit prendre des mesures d’exception à l’encontre de ceux qui cherchent à en finir avec elle. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne doit pas rester elle-même. C’est en restant ce que nous sommes et en défendant nos valeurs qu’on gagnera face à l’obscurantisme. Parler de « choc des civilisations » ne veut rien dire. Cela supposerait que Daech incarne une civilisation. Or une civilisation repose sur l’instinct de vie et non sur la pulsion de mort, sur la pensée et non sur l’ignorance, sur l’art et non sur la destruction des œuvres du passé, sur le respect de l’autre et non en cherchant à le nier au point de le détruire. Non au « Viva la muerte » de Daech !

Illustration : Allons Enfants de Raphaëlle Boutié, novembre 2015
(acrylique sur papier 50×65)

Parcours d’ateliers, 28 et 29 novembre, Montpellier

PARCOURS D’ATELIERS
vitraux et dessins d’encres

Sylvie Léonard-Seigneuret et Véro Lhommet seront heureuses de vous accueillir
les 28 et 29 novembre, de 11 h à 19 h

23, rue des deux ponts (quartier gare) à Montpellier

Sylvie Seigneuret Léonard  Véro Lhommet

Vernissage salle Saint-Ravy vendredi 27 novembre à 18 h 30.

Sylvie Léonard Seigneuret : 06 81 43 56 21
Véro Lhommet : 06 86 83 47 66

 

Récit-conté historique, de Fabien Bages

Tout commence à Marignan. Il y a 500 ans à peine !

Conte, Fabien Bages

Le musée Médard de Lunel possède, entre autres merveilles, une gravure représentant François Ier au château de Fontainebleau. Il est entouré de nombreux grands personnages de sa cour : le connétable Anne de Montmorency, le chevalier Bayard, Gaspard de Coligny…
Également de grandes dames : son épouse la reine Claude, sa mère Louise de Savoie, sa sœur, Marguerite de Navarre et Diane de Poitiers qui elle, régnera sur son fils Henri II…
Et puis aussi bien sûr des artistes : Léonard de Vinci, Rabelais, le poète Clément Marot…

Entre tous les membres de cette assemblée hétéroclite les passions, les querelles, les conflits ne manquent pas …
Alors si vous avez envie de connaître quelques secrets de la cour de François le roi chevalier, et ceux de l’étonnante gravure de Jean-Pierre Marie Jazet, venez tendre l’oreille afin de découvrir :
François Ier un roi déconcertant et une gravure qui ne l’est pas moins.

musée Médard à Lunel
samedi 21 novembre, à 16 h

Paris et tellement d’autres lieux, de Janine Teisson

Deux poèmes écrits tout à l’heure, sans haine, croyez-le, mais avec une froide tristesse.
L’année dernière certains de mes poèmes sur la guerre ont été publiés dans la revue Bacchanales. Je croyais la guerre ailleurs….
Janine Teisson

katmandou_2355244

Puisqu’ils aiment tant
La mort,
Donnons-la leur.

Amoureux de la mort
Serviteur de la mort
Instrument de la mort
Je vous hais
d’une haine qui vient
de la terre
lave froide
qui monte dans mes jambes
va jusqu’à mon cœur
incendie et glace
mon cerveau.
Je me retiens
d’avoir pitié de vous.
Pourquoi ?
Vous n’auriez pas pitié de moi
Vous n’avez pas eu pitié
De la vie toute fraiche
De l’éclat de rire brisé
De l’effroi de qui voit sa mort
Trop tôt
Trois fois trop tôt.
Vous n’avez pas eu pitié.
Ni d’eux ni de vous
Météorite de la haine
Noire dedans
Noire dehors
Nous devons vous détruire
Avant que vous touchiez
Notre terre.

Et voici un des poèmes édités dans Bacchanales.

Alger, Oslo, Homs

Elles aiment les chairs fermes,
Et qui rebondissent,
Les muscles serrés
Sous la peau élastique
Et douce
Presque enfantine
Les os nacrés
Les duvets impalpables
Les bouches gonflées
Les viscères intacts dans leur fine enveloppe.
Le sang clair et joyeux à en boire.
La transparente clarté des yeux neufs
Elles les aiment,
Les balles.

Photographie : Hommage aux victimes de Paris à Katmandou.

Solidarité

paris ankara beirut

PowerFoule s’est associé à un vaste mouvement global et en ce moment même des dizaines de milliers de personnes signent une déclaration commune de soutien à TOUTES les victimes de Daesh, qui sera publiée dans le journal Le Monde dans quelques jours.
Pour rejoindre cet élan de solidarité.

La France a été meurtrie et nous sommes tous sous le choc.
La veille des attentats qui ont ensanglanté Paris c’était le Liban qui pleurait les siens, victimes également de la barbarie de Daesh. Plusieurs jours avant, c’était la Russie, la Turquie et le Nigeria. En Syrie et en Irak, c’est tous les jours plus de 100 victimes innocentes qui sont tuées par ces barbares : des femmes, des enfants, des êtres sans défenses.
Le monde entier est meurtri. Alors en ces jours de deuil, pensons à toutes les victimes de Daesh en France et ailleurs, et montrons notre humanité en envoyant un message de soutien aux victimes.

Lisez le message de solidarité avec toutes les victimes de Daesh et ajoutez-y votre nom.

Appel coordonné par le mouvement citoyen européen WeMove.EU et signé par les membres de mouvements partenaires : MoveOn.org aux Etats-Unis, 38Degrees.org.uk au Royaume-Uni, Campact.de en Allemagne, Uplift.ie en Irelande, Skiftet.org en Suède, Aufstehn.at en Autriche, Progressi.org en Italie et PowerFoule.org en France.