Plus de neuf mois de négociations

proposé par Joëlle Wintrebert

Plus de neuf mois de négociations auteurs/éditeurs depuis que Roselyne Bachelot avait confié à Pierre Sirinelli les négociations interprofessionnelles. On se souvient de l’annonce prématurée de Vincent Montagne qui envoyait ses vœux de Nouvel A  en parlant d’un accord historique avec les associations d’auteurs. On se souvient aussi du départ de La Charte, dont les représentants s’étaient épuisés en allers-retours incessants qui permettaient au SNE de jouer la montre. (On rappellera que les auteurs qui interviennent dans ces instances sont tous bénévoles, et que la multiplication des réunions obère gravement leur temps de travail.)
Pourtant, même si le fonds du problème, la question du partage de la valeur avec les auteurs, semblait repoussé aux calendes avec une clause de revoyure, quelques avancées avaient été actées, et l’accord aurait dû être signé ce mercredi en présence de Roselyne Bachelot…
Et patatras, le bureau du SNE n’a pas obtenu son quorum, et de ce fait l’accord est remis en question.

Voilà le communiqué du Collège Auteurs (CPE et La Ligue) :

Accord auteurs-éditeurs : à quoi joue le SNE ? Dans le cadre du « Plan Auteurs » annoncé par le gouvernement, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a confié au printemps 2021 au professeur Pierre Sirinelli une mission de médiation afin d’« accompagner les négociations professionnelles sui generis sur l’équilibre de la relation contractuelle » entre auteurs et éditeurs dans le secteur du livre.
Un cycle de négociations réunissant les organisations des auteurs de l’écrit (représentées par l’ATLF, la SCAM, la SGDL et le SNAC pour le Conseil Permanent des Ecrivains, la Ligue des Auteurs Professionnels ainsi que la Charte des Auteurs et Illustrateurs Jeunesse jusqu’à son départ) et le Syndicat National de l’Edition s’est ouvert au mois de juin dernier. Au terme de ce cycle, nos organisations sont parvenues à un accord sur cinq mesures qui améliorent notamment l’information des auteurs sur l’exploitation de leurs œuvres.
Le Président du SNE, Vincent Montagne, a lui-même fait l’annonce de cet accord lors de ses vœux aux éditeurs en janvier 2022 et indiqué le souhait du SNE de poursuivre les discussions. Cet accord auteurs-éditeurs a été validé en février dernier par les conseils d’administration de chacune des organisations d’auteurs qui se tiennent prêtes à le signer.
Alors que les organisations d’auteurs ont su s’organiser pour réunir leurs instances en vue d’apporter une réponse rapide dans les délais souhaités, le SNE n’a pas validé cet accord. Les organisations d’auteurs, fortement mobilisées depuis plus de 9 mois pour qu’un accord puisse aboutir avant la fin du quinquennat, tiennent aujourd’hui à exprimer leur exaspération devant la désinvolture avec laquelle le Syndicat National de l’Edition traite ses partenaires–auteurs et ministère de la Culture. Ces mêmes organisations s’inquiètent pour la suite des discussions prévues après l’élection présidentielle concernant le point spécifique de la rémunération et du partage de la valeur.
Nous appelons donc aujourd’hui le SNE à prendre et assumer clairement sa position dans ce dossier. Mais nous demandons aussi au Président de la République, au Premier Ministre, à son gouvernement et à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui se sont engagés vis-à-vis de nous en lançant un « Plan Auteurs », de prendre leurs responsabilités et ne pas se laisser prendre au piège de ces manœuvres de diversion stériles et sans grandeur.

Ici le fil, et les explications pour qui souhaite comprendre et en savoir plus.

  illustration : mohamed_hassan, CC 0 (empruntée au site ActuaLitté)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.