Auteurs en lecture 2022, auditorium Musée Fabre, Montpellier, 22 mai 2022

AUTEURS EN LECTURE autour du « pays imaginaire »
dimanche 22 mai de 10h à 11h30
auditorium du Musée Fabre, Montpellier

Lecture d’extraits par Raymond AlcovèreJuliette Cortese, Isabelle Malowe, Myriam Oh, Donatienne Ranc, Janine Teisson, animée par Sylvie Léonard et accompagnée à la contrebasse par Vincent Ferrand.

Organisée par Occitanie Livre & Lecture, en partenariat avec la Région Occitanie / Pyrénées Méditerranée, la Comédie du livre, l’association ADA-Autour des Auteurs, la Maison de la Poésie Jean-Joubert et l’association Cépages d’encres.

 

 

 

Dix autrices des éditions Chèvre Feuille étoilée en lecture, Gazette Café, Montpellier, samedi 21 mai à 19h,

Parmi les dix autrices, quatre adaïstes seront présentes :
Caroline Fabre-Rousseau lira un extrait de son livre Elles venaient d’Orembourg
Sylvie Léonard, Marie de Montpellier
Françoise Renaud, Ce qu’elle veut dire
et Janine Teisson…

Les autres autrices sont : Maya : Si j’écris, moi aussi / Alexa Faucher : Puisqu’on a marché sur la lune / Louise Hapton : la librairie du coin de la rue / Rabia : Une valise dans la tête / Charlotte Cayeux : L’autre Ahmed ou l’attente.
Marie-Noël Arras lira un texte de Algérie ma déchirure de Behja Traversac.

 

Janine Teisson lit au jardin, quartier des Aubes, Montpellier, 15 mai 2022

Janine Teisson sera dans un joli jardin du quartier des Aubes
avec une chanteuse arabo-andalouse, un photographe et une bijoutière
le dimanche 15 mai, à partir de 13h30

Elle lira  les textes que vous choisirez et vous pourrez, au cours du circuit, visiter ainsi 14 jardins pleins de fleurs et d’artistes.

Bilan de mandat pour les écrivain·es et illustrateur·ices : une série d’enterrements de première classe

une communication de La Charte, 05/05/2022

© Marc Daniau

En 5 ans, l’action publique s’est beaucoup occupée de la situation des artistes-auteurs.
En 5 ans, pourtant, nos droits ont beaucoup reculé et nos gosiers se sont élargis à force d’avaler des couleuvres.
En 5 ans, nous avons assisté à beaucoup d’enterrements.
La publication du rapport Racine, « L’Auteur et l’acte de création », a fait naître de nombreux espoirs au début de l’année 2020.
À peine sorti, il est aussitôt enterré. Pourquoi ? Sans doute trop de vérités. Trop de solutions opérationnelles. Et beaucoup trop de justice.

Un « Plan artistes-auteurs » peu ambitieux est annoncé par le ministère, prévoyant la mise en place d’un « un portail artiste auteur », la création d’un observatoire de la profession, et de quelques autres gadgets.
Les mesures centrales, telle la mise en place d’un véritable statut et d’une représentativité professionnelle, restent lettre morte.
Enterrement de première classe pour ce rapport et ses propositions sensées.

Autre rapport très attendu : celui sur le contrat de commande, confié au CSPLA. Il s’agissait d’étudier les conditions de la rémunération d’un travail commandé par un éditeur. Et oui, on en est encore là. Aujourd’hui un éditeur peut demander à un auteur de travailler pendant des mois pour lui dire non à la fin sans aucun dédommagement. Conclusion de l’étude ?
Enterrement de première classe du contrat de commande. Lire la suite…

La toute petite grenouille, de Marie-Hélène Lafond

La toute petite grenouille,album jeunesse, collection Première Feuille, éditions Feuille de Lignes, mai 2022
Illustrations : Grégoire Durupt

Sur le bord d’une mare, une toute petite grenouille verte contemple avec envie de magnifiques nénuphars au milieu des eaux. Mais comment les atteindre ? Elle est si petite… Seul le canard accepte gentiment de l’amener sur une feuille.

Le soir venu, il faut bien rentrer. C’est alors que la petite grenouille rassemble ses forces et accomplit seule le chemin du retour. Elle a réalisé qu’elle savait sauter et atteindre sans aide la rive. Elle a grandi et est devenue autonome en mettant en œuvre ses propres ressources.

EXTRAIT

Sur le bord d’une mare, une toute petite grenouille verte contemple cinq magnifiques nénuphars, au milieu des eaux.
– Je serais si bien à me reposer sur une de ces grandes feuilles, avec ces jolies fleurs pour me faire de l’ombre.
Mais comment atteindre ces nénuphars quand on est si petite grenouille ?
– Tu n’as qu’à voler, lui dit la libellule posée sur un brin d’herbe.
– Voler ? Mais c’est impossible, je n’ai pas d’ailes ! s’exclame la toute petite grenouille.
– Bah ! Alors je ne peux rien pour toi, dit la libellule en s’envolant.

SOCRATE MÉDECIN pour temps de crises et catastro-phes, de Jean-Louis Cianni

SOCRATE MÉDECIN pour temps de crises et catastrophes, essai, éditions Le Relié, mai 2022

Les crises actuelles nous amènent à ne plus rien savoir, plus rien comprendre, plus rien espérer. Comment et quoi penser dans un climat aussi turbulent qu’anxiogène ? Comment ne pas sombrer dans la peur et la tristesse et réactiver l’envie de vivre ? Cet essai propose de remonter aux sources, auprès de Socrate, qui quatre siècles avant notre ère, dans une Athènes en plein désastre, invitait ses concitoyens au soin à travers le questionnement philosophique. D’une actualité saisissante, les remèdes que Socrate proposait à l’individu et au citoyen sont plus que jamais indispensables.

 

 

EXTRAIT DE LA CONCLUSION  :
Poison, en grec, se dit pharmakon, d’où est extrait notre pharmacie. Le mot porte une ambivalence. Il signifie à la fois le poison et le remède. Socrate a voulu guérir les Athéniens malades dans leur âme et dans leur cité. Il leur a proposé son antidote, inoculé son vaccin philosophique. Son traitement associe les ressources de la pensée, la critique du discours, la recherche en commun de la vérité et d’un bien supérieur. Socrate en est mort, pourrait-on objecter. Mais nous, à sa différence, nous sommes désormais nos propres juges et nos propres accusés.
Bien avancé, notre procès est toujours en cours Nous approchons peut-être du moment où nous aurons à boire notre ciguë. À ce point de tension extrême, nous restons libres de ne pas nous condamner.

La promesse de la mer d’André Gardies

La promesse de la mer, roman, éditions infimes, juin 2022

Ancien caméraman sur la Calypso, Romain Falcolon revient au Grau pour réaliser un documentaire sur la pêche artisanale traditionnelle. Bientôt cinquante ans qu’il n’a pas remis les pieds dans cette station balnéaire où, pourtant, il a passé tous ses étés depuis l’enfance jusqu’à son départ sous les drapeaux en Algérie.
Grâce aux souvenirs d’anciens pêcheurs, les techniques de pêche anciennes reprennent vie, qu’il s’agisse du trahin, du gangui ou encore et surtout de la seinche, la pêche au thon collective  à laquelle Romain enfant avait assisté
Alors qu’il entame son travail, Romain reçoit un courriel anonyme et laconique. Qui se cache derrière cette adresse « dedale30 » ? Bianca, le grand amour de ses vingt ans. Celle qui l’a trahi en épousant le fils d’une riche famille du Grau, alors qu’il était appelé en Algérie.
Jour après jour tandis que progresse le film, une histoire ancienne se ravive tout comme se ravivent chez Romain souffrances et honte accumulées pendant cette guerre qui ne disait pas son nom.

EXTRAIT

Mais bientôt l’ancien pont est apparu, le pont tournant qu’il avait si souvent contemplé quand il pivotait lentement pour livrer passage aux voiles qui gagnaient le large. Il était toujours là, fidèle à lui-même, fidèle à son souvenir.
Retrouvant un geste familier presque instinctif, venu d’un lointain passé, il s’est accoudé sur la rambarde métallique qui surplombait le canal. Devant lui s’ouvraient au loin sur la mer infinie les deux bras tendus de la jetée, avec le pouce levé de leurs deux phares et leurs bracelets de bateaux qui tintinnabulaient sous la brise. Toujours le miracle de cette vue inchangée, comme immuable, insensible au temps qui passe. Venu du large, le vent léger lui caressait les joues. C’était l’heure de la marée rentrante. À ses pieds sous l’appontement, entre le quai et un chalutier, là où le courant s’amollit, de maigres détritus flottaient et dérivaient lentement à contre-courant, entre lesquels se glissaient furtifs de petits poissons aux éclairs d’argent. L’odeur ! Oui, l’odeur. C’est elle qui l’a saisi aux narines comme une évidence : la même, exactement la même qu’avant. La même que celle de ses six ans, de son enfance, de son adolescence. Inchangée. Un mélange d’iode, de vase et d’embrun, d’eau à demi endormie au clapotement huileux avec, résiduelle, incrustée, remontée depuis des générations dans les mailles des filets, cette haleine de varech, de marée, d’oursins et d’écailles de poissons qui achèvent de sécher au soleil. Un bouquet unique, l’essence même du Grau. Et sous la plante de ses pieds, gagnant jusqu’aux mollets, il a ressenti à nouveau le tremblement sourd du tablier au passage des voitures qui, dans son dos, roulaient au pas. En même temps lui est revenu le souvenir tactile du revêtement en cordage tressé quand au retour de la plage, pieds nus, serviette de bain sur l’épaule, il évitait soigneusement les plaques de métal du passage piéton qui, sous la canicule de midi, lui brûlaient la voûte plantaire. Il aimait la caresse douce et râpeuse de ce tapis singulier avant de retrouver à la sortie du pont la chaleur molle du goudron.
Venue de l’embouchure, une barque à moteur remontait le canal de son train de sénateur, traçant un sillon dont les ondes allaient s’élargissant pour venir caresser la coque des bateaux provoquant leur discret balancement, presque imperceptible. Les vaguelettes montaient, descendaient, de moins en moins fortes, jusqu’à leur extinction avec l’éloignement de la barque. Ramolli, un sachet plastique flottait transparent entre deux eaux comme une méduse morte. Quelques mouettes criaillaient là-bas à l’entrée du môle. Le Grau de son enfance n’avait pas disparu. Il était là, concentré sur ce pont.

Carte blanche à Danielle Helme, Mille poètes en Méditerranée, Narbonne, 6 mai 2022

Mille poètes en méditerranée donne carte blanche à Danielle Helme

une rencontre lecture dédicaces de son recueil « Temps Modifié » Ed. de l’Aigrette

le vendredi 6 mai à 21h

Nils Oriard au piano. Présentation : Philippe Lemoine.

la Place des Arts / 10 Place Voltaire / Narbonne