Visa Permanent, de François Szabo

Visa Permanent, poème (ebook), chez Obsidiana Press, avril 2017

Poème en faveur de l’accueil des migrants

Réaffirmer l’indispensable fraternité et œuvrer pour un monde plus tolérant, plus imaginatif, plus créatif. Un monde à partager qui se doit d’être en paix au singulier et au multiple avec cette exigence d’être à l’écoute des soubresauts humains.
Ce poème est une réponse à une invitation de Thérèse Daredare à un état des lieux de l’accueil des migrants par diverses associations et personnes engagées en leur faveur sur le Lodévois en février 2017

accès libre ici

Mesclun : Méli-Mélo de Poésie, de François Szabo

Mesclun : Méli-Mélo de Poésie, recueil, chez Obsidiana Press, avril 2017
Illustration intérieure : Simone Derocque (gravure)

« Le mot mesclun désigne un mélange de salades. J’ai souhaité ce nom du Sud pour ce recueil de poésie afin de rendre hommage aux ensaladas et autres pratiques poétiques. Textes réunis par le temps (compositions de 2016), par l’espace (ville de Montpellier), par l’affection (mes parents, mes enfants, etc.) avant de manger les pissenlits par la racine.
Ce livre est un livre de l’intime, suffisamment pudique je l’espère pour ne pas faillir. Aussi ne faudra-t-il pas s’étonner d’y trouver certains poèmes en langues étrangères – une quasi constante dans mon écriture et dans ma vision du monde.
Ce livre parle de mes racines italiennes et aussi occitanes (même si on ne trouve pas de poèmes en occitan).
Le poème est un fruit, le déguster est un des bonheurs les plus vifs qui soient. Le poème est la vie à croquer et à se remémorer telles les pommes d’Antonov. »

Au Finisterre de l’imagination, de François Szabo

Au Finisterre de l’imagination, poésie, Obsidiana Press (États-Unis), avril 2016

couv_SZABO_Finisterre

François Szabó, poète d’expression française et espagnole, célébrant l’amour courtois (La Fe libreto de ópera, Nouvelles stances à Lénothcka) mais également la flore et le monde (Herbier de Garrigue, Fragilité de cistes, Planète Pacifiée) ainsi que l’intime (Demeure hors néant, La Double impression) évoque aussi la création littéraire (La primera frase es una pregunta, Again, Life is a gift). Poète vivant à Montpellier, le voyage initiatique se fait à travers des lectures et des écritures de langues variées : russe, anglais, catalan, etc.

Au Finisterre de l’imagination est une incitation au voyage avec pour seul bagage le livre et comme seule destination le recoin trop inexploré du rêve immobile.