Le Saut dans le vide, de Raymond Alcovère

Le Saut dans le vide, livre d’artiste, avril 2024
à partir d’œuvres originales de Claude-Henri Bartoli

Ce livre est né de la rencontre de l’écrivain avec le peintre Claude-Henri Bartoli autour de la revue L’Instant du monde en 2003. A commencé  un compagnonnage qui s’est traduit par l’illustration par l’artiste des nouvelles La Bête (2010), En avoir ou pas (2014) et Rua da Saudade (2015), aussi une création commune  L’esprit de la vallée ne meurt pas (2014).

Ici, Raymond Alcovère s’est inspiré de peintures spécialement réalisées pour cet ouvrage pour élaborer une narration : « Visite l’intérieur de la terre, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée. » L’ancestrale formule alchimique est le sujet, la quête, du Saut dans le vide : un voyage à travers les spiritualités, de la Chine à la Grèce antique, sur les traces du Philosophe inconnu…

 

Il s’agit d’une nouvelle édition présentée en grand format et imprimée par un éditeur professionnel sur un papier de qualité supérieure Munken (28 pages format 29×42).
Chaque ouvrage est accompagné d’une œuvre originale de Claude-Henri Bartoli (format 21×32, technique mixte : acrylique, encre et pastel)

 

EXTRAIT
(d’après et avec des œuvres originales de Claude-Henri Bartoli)

Le feu du ciel jaillit de cette île. La lumière a besoin de l’ombre. En plein jour, on ne voit rien. La nuit, c’est une explosion, le plus beau spectacle du monde. La terre en fusion propulsée dans l’espace, au milieu de la Méditerranée. L’eau et le feu mêlés. Lire la suite…

Rencontre-lecture avec Raymond Alcovère, autour du livre d’artiste LE SAUT DANS LE VIDE | Le Dôme à Montpellier | 3 mai 2024

« Visite l’intérieur de la terre, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée. »

L’ancestrale formule alchimique est le sujet, la quête, de l’ouvrage Le Saut dans le vide, un voyage à travers les spiritualités, de la Chine à la Grèce antique, sur les traces du Philosophe inconnu…

d’après des œuvres originales de Claude-Henri Bartoli.

 

Exposition de l’exemplaire unique enluminé à partir du 30 avril

(une œuvre originale de Claude-Henri Bartoli offerte avec l’ouvrage)

Le saut dans le vide, de Raymond Alcovère

Le saut dans le vide, livre d’artiste, ARCANA Éditions nomades, septembre 2023
Illustrations de Claude-Henri Bartoli

« Visite l’intérieur de la terre, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée. » L’ancestrale formule alchimique est le sujet, la quête, du « Saut dans le vide. »
Un voyage à travers les spiritualités, de la Chine à la Grèce antique, sur les traces du Philosophe inconnu…

Cet ouvrage de 26 pages est tiré à 50 exemplaires (une impression numérique) contenant 10 illustrations de Claude-Henri Bartoli dans une reliure cahier spirale/protection plastifiée/ c’est le premier numéro de la collection : les cahiers de la poésie nomade.

 

 

EXTRAIT

Le feu du ciel jaillit de cette île. La lumière a besoin de l’ombre. En plein jour, on ne voit rien. La nuit, c’est une explosion, le plus beau spectacle du monde. La terre en fusion propulsée dans l’espace, au milieu de la Méditerranée. L’eau et le feu mêlés.

J’en ai fait l’ascension, un soir de septembre. L’après-midi, j’avais rêvé d’une source entourée de saules. À la taverne du village, un homme — il paraissait âgé mais je distinguais mal son visage dans le clair-obscur, seul son chapeau bleu orné d’un colibri avait attiré mon attention — a proposé de me guider jusqu’au cratère en fusion.

Il m’a dit : « Sachez qu’on ne peut se fuir soi-même, aller au bout du monde n’a aucun sens, aller au bout de soi est un tout autre chemin, le seul véritable. Êtes-vous sûr de vouloir accomplir ce voyage ? Les alchimistes ont interprété INRI par l’Intérieur de la Nature rénovée par le Feu (Ignis). On n’en ressort pas indemne. Tout ce qui est beau est difficile autant que rare, a écrit un philosophe. Si l’on poursuit une entreprise chimérique, la catastrophe est fatale… Avez-vous suffisamment réfléchi avant d’entreprendre cette ascension ? » Oui, lui ai-je répondu.

 

Philippe Sollers (1936-2023), un texte de Raymond Alcovère

On s’en rendra compte probablement plus tard, il est l’écrivain français le plus important de la période. Il propose une vision du monde complète et homogène, sans rien laisser de côté, en rassemblant et harmonisant des univers aussi vastes et divers que la Chine, la Grèce, le 18ᵉ, la peinture, la poésie, la musique, la religion catholique, la sexualité ou la politique. Toujours sous forme d’ouverture, il offre à lire ou regarder, notamment grâce à un sens consommé de la citation, nombre d’écrivains, penseurs et artistes : « Il n’y a qu’une seule expérience fondamentale à travers le Temps. Formes différentes, noms différents, mais une même chose. Et c’est là, précisément le roman. » Audace de pensée, originalité, esprit critique, sens de la formule, de l’esquive et de l’attaque. Avec lui, la poésie n’est pas séparée de la pensée, ni de l’action. Il ajoute, provoquant : « La poésie, c’est la guerre. » S’inspirant de Sun Tzu : « Si vous connaissez vos ennemis et que vous vous connaissez vous-même, mille batailles ne pourront venir à bout de vous. » Sa stratégie est clairement posée : « Ce que l’ennemi attaque, je le défends, ce qu’il défend je l’attaque. » Le difficile bien sûr est de connaître l’ennemi. Il le décrit dans Éloge de l’Infini : « Car l’Adversaire est inquiet. Ses réseaux de renseignement sont mauvais, sa police débordée, ses agents corrompus, ses amis peu sûrs, ses espions souvent retournés, ses femmes infidèles, sa toute-puissance ébranlée par la première guérilla venue. Il dépense des sommes considérables en contrôle, parle sans cesse en termes de calendrier ou d’images, achète tout, investit tout, vend tout, perd tout. Le temps lui file entre les doigts, l’espace est pour lui de moins en moins un refuge. Les mots « siècle » ou « millénaire » perdent leur sens dans sa propagande. Il voudrait bien avoir pour lui cinq ou dix ans, l’Adversaire, alors qu’il ne voit pas plus loin que le mois suivant. On pourrait dire ici, comme dans la Chine des Royaumes combattants, que « même les comédiens de Ts’in servent d’observateurs à Houei Ngan ». Le Maître est énorme et nu, sa carapace est sensible au plus petit coup d’épingle, c’est un Goliath à la merci du moindre frondeur, un Cyclope qui ne sait toujours pas qui s’appelle Personne, un Big Brother dont les caméras n’enregistrent que ses propres fantasmes, un Pavlov dont le chien n’obéit qu’une fois sur deux. Lire la suite…

Doubles, de Raymond Alcovère

Doubles, recueil de nouvelles, Les Tilleuls du Square / éditions Gros Textes, décembre 2022
Illustration de couverture : Jacki Maréchal

 

Je est un autre, a écrit Rimbaud. Certes ! Mais qui est-il ? Comment le découvrir, où chercher ? En laissant infuser le rêve…

Ces vingt nouvelles ouvrent des portes vers le mystère des doubles, de l’altérité, où surgissent des coïncidences, des correspondances, des éclaircies, un trouble… Le réel, l’Histoire, l’art en sont la trame, mais aussi une quête de la lumière, une possible transcendance…

 

 

 

EXTRAIT

Partir, en bateau, découvrir des aurores bleues, jaune pale, des matins calmes ou bouillonnants, les odeurs de rouille des ports abandonnés, me saouler dans des bars avec des filles faciles et puis partir toujours, pour pouvoir revenir, aimer à la folie la chaleur des nuits d’hiver dans les ports, et encore ce mouvement incessant des bateaux, trépidation, effluves, oublier, oublier le temps, juste une aurore nouvelle au bout du chemin avec l’horizon bleuté et la lumière mouillée du grand large. M’arrêter à Mindelo avec ses squares rectilignes et ses bateaux rouillés, abandonnés au milieu de la rade et les bars, boire du rhum jusqu’à ne plus rien voir, et penser que le monde m’appartient. Voilà ce que j’ai aimé, choisi. Tout plutôt qu’une vie régulière à terre où demain ressemble à aujourd’hui, où l’horizon est borné, les humains prévisibles, le mystère récurrent. En mer, il y a toujours un après, ce grand vent du large qui balaie tout, le sentiment cosmique de la vie. La terre ferme refroidit les hommes, les rend inaptes à vivre, la mer libère de tout, elle n’enferme rien, plus loin on peut toujours rêver une île inconnue, le déchaînement d’une tempête, une aurore boréale, une lumière étale, l’envol des fous de Bassan, un havre de paix. Les ports ne sont pas sur terre mais regardent dehors. Ils ne sont là que pour partir.

 

Auteurs en lecture 2022, auditorium Musée Fabre, Montpellier, 22 mai 2022

AUTEURS EN LECTURE autour du « pays imaginaire »
dimanche 22 mai de 10h à 11h30
auditorium du Musée Fabre, Montpellier

Lecture d’extraits par Raymond AlcovèreJuliette Cortese, Isabelle Malowe, Myriam Oh, Donatienne Ranc, Janine Teisson, animée par Sylvie Léonard et accompagnée à la contrebasse par Vincent Ferrand.

Organisée par Occitanie Livre & Lecture, en partenariat avec la Région Occitanie / Pyrénées Méditerranée, la Comédie du livre, l’association ADA-Autour des Auteurs, la Maison de la Poésie Jean-Joubert et l’association Cépages d’encres.

 

 

 

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault, présentation au Gazette Café, Montpellier, 31 octobre

– SUPPRIMÉ –

Raymond Alcovère présentera son dernier livre

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault

au Gazette café à Montpellier, le samedi 31 octobre à 13h

 

Ce livre est une invitation à la flânerie. À la rêverie. Et à de superbes découvertes ! De l’abbaye de Valmagne au canal royal de Sète, des eaux miraculeuses d’Avène-les-Bains au siège héroïque de Minerve, en passant par la promenade du Peyrou ou la manufacture royale de Villeneuvette, ce livre est même un peu plus qu’un simple livre… Il est un étonnant voyage à travers l’histoire de l’Hérault.
Une exploration jalonnée de sites peu connus et inédits, qui commence avec les mystérieuses statues-menhirs du département et qui s’achève dans l’invention de l’outrenoir par Pierre Soulages. Entre-temps se dressent plus de deux millénaires d’une histoire exceptionnellement riche. Une histoire mouvementée, parfois tragique, mais toujours haletante.

Petit extrait : La féminité de Montpellier est indéniable, ce qui ancre la ville dans la modernité. Elle a été de tous temps réputée pour la beauté et la liberté de ses femmes, notamment ses grisettes. Et c’est tout naturellement que la fontaine des 3 Grâces a contribué à imposer au XIXe siècle la place de la Comédie comme lieu de rencontre et symbole de la ville.

Papillon Rouge éditeur
Blog de l’auteur

Entrée libre
6 rue Levat 34000 Montpellier
Au cœur du nouveau quartier Saint-Roch, face à la gare SNCF, à 500 mètres de la place de la Comédie.
04 67 59 07 59

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault, de Raymond Alcovère

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault, histoire, Papillon Rouge éditeur, octobre 2020
Illustrations : photos noir et blanc

Ce livre est une invitation à la flânerie. À la rêverie. Et à de superbes découvertes ! De l’abbaye de Valmagne au canal royal de Sète, des eaux miraculeuses d’Avène-les-Bains au siège héroïque de Minerve, en passant par la promenade du Peyrou ou la manufacture royale de Villeneuvette, ce livre est même un peu plus qu’un simple livre… Il est un étonnant voyage à travers l’histoire de l’Hérault.

Une exploration jalonnée de sites peu connus et inédits, qui commence avec les mystérieuses statues-menhirs du département et qui s’achève dans l’invention de l’outrenoir par Pierre Soulages. Entre-temps se dressent plus de deux millénaires d’une histoire exceptionnellement riche. Une histoire mouvementée, parfois tragique, mais toujours haletante.

 

EXTRAITS

Si aujourd’hui, le peuplement de notre département se concentre de plus en plus sur le littoral, il n’en a pas toujours été ainsi. La mer, longtemps on a préféré la tenir à distance. Contrairement à celles de la basse Provence et des rivages catalans, les principales villes de l’Hérault (Béziers, Pézenas, Montpellier, Lunel) se sont développées à l’écart de la côte. A L’exception de Sète – mais on sait que la ville a été construite de toutes pièces en 1666, dans le prolongement du canal du Midi.

Sous le règne de l’empereur Charlemagne, après les invasions sarrasines, l’Eglise est en plein essor. On voit s’élever partout des abbayes bénédictines dont l’ordre a été fondé au 6e siècle par Benoit de Nursie. Parmi les six qui vont s’installer sur le territoire de l’actuel département de l’Hérault, celles d’Aniane et de Gellone par leur rayonnement, leur rivalité et leur histoire, connaitront des destins remarquables.

Situé au cœur de ce que les historiens ont appelé le « Midi rouge », l’Hérault a toujours été une forte terre de rébellion. Cette révolte a probablement trouvé son point d’orgue en 1851, après le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III.

La charmante villa Argentine, située 34 rue Marcel de Serres, à Montpellier, dans le quartier paisible des Arceaux, a abrité, dès 1940, la première cellule de résistance de la zone non occupée par les allemands. Pendant deux ans, la pension Guibal et ses occupants furent le principal lien du Sud de la France avec Londres.

La Pointe-Courte, ce quartier magique et hors du temps de Sète est entré dans la légende du cinéma, depuis qu’Agnès Varda y a posé ses caméras en 1954. C’était son premier film, et beaucoup le considèrent comme le point de départ de la Nouvelle Vague. Il mettait en scène les habitants du quartier, « les Pointus » aux côtés d’un couple de jeunes acteurs promis à un bel avenir, Sylvia Monfort et Philippe Noiret.

chez l’éditeur

 

Raymond Alcovère à la bibliothèque municipale du Crès (34), vendredi 2 octobre 2020

La Bibliothèque Municipale du Crès dans l’Hérault organise vendredi 2 octobre, une soirée littéraire et musicale dès 18h30 en présence de l’écrivain Raymond Alcovère et de l’accordéoniste Caroline Fedi.
Pour l’occasion, l’auteur montpelliérain présentera et dédicacera son livre « Ces Héraultais qui ont fait l’Histoire ». Publié en 2018, il met en lumière des personnalités héraultaises, connues – parfois oubliées, dont la réputation a largement dépassé les limites de la région. Artistes, politiques, savants…
Caroline Fedi revisite de manière punchy le répertoire de la chanson française. Vous découvrirez notamment ce soir-là les textes de Bobby Lapointe et de Georges Brassens !

Entrée libre mais réservation indispensable au 04 67 70 83 42
Bibliothèque Municipale 19 avenue des Cévennes 34920 Le Crès

Afin de respecter au mieux les mesures sanitaires de sécurité, la soirée se déroulera dans la grande salle du Nouvel Essor (entrée côté bibliothèque)

Soirée littéraire et musicale avec Raymond Alcovère, bibliothèque Molière, 20 mars, Le Crès

La Bibliothèque Molière organise vendredi 20 mars, une soirée littéraire et musicale dès 18h30 en présence de l’auteur Raymond Alcovère et de l’accordéoniste Caroline Fedi.

Pour l’occasion, Raymond Alcovère présentera et dédicacera son livre « Ces Héraultais qui ont fait l’Histoire ». Auteur de plusieurs recueils,  le Montpelliérain publie en 2018 ce roman pour mettre en lumière des personnalités héraultaises, connues – parfois oubliées, dont la réputation a largement dépassé les limites de la région. Artistes, politiques, savants chaque personnage est évoqué en un court paragraphe, à la lecture très plaisante, pour raconter l’essentiel de leur vie et de leur œuvre.

Côté ambiance, Caroline Fedi accordéoniste revisite de manière originale et punchy des titres de la chanson française. Pour la soirée du 20 mars, la talentueuse musicienne a choisi de réinterpréter les textes de Boby Lapointe.

Atelier Partage des savoirs, 16 octobre 2019

ÉCRIRE UNE NOUVELLE À PARTIR D’UN TABLEAU
un atelier proposé par Raymond Alcovère

         

Encore une belle journée de rencontres et d’échanges. Nous n’étions pas nombreux – 6 inscriptions, 3 désistements ! – mais le temps et l’espace se sont remplis de travail, de discussions, de réflexions et de questionnements. Jamais nous n’avions autant parlé littérature, écriture, objectifs, méthodologie, découvrant tour à tour les démarches de chacun, les différences et les similitudes. Nous n’avons pas pondu de chef-d’œuvre, mais de lecture en écoute, de réécriture en discussion, nous nous sommes approchés d’un travail abouti et nous avons pu verbaliser notre cheminement. Et puis il faisait beau, et nous avons pu pique-niquer au soleil… Merci à Raymond pour cette belle expérience.
(Sylvie Léonard Seigneuret)

Illustrations : Quatre des tableaux inspirants : 1/Manet, Chez le père Lathuille – 2/ Magritte, Gliamanti – 3/ Pierre-Auguste-Renoir, Le déjeuner des Canotiers,1881 (détail) – 4/ Lautrec, Au lit, 1893

Partage des savoirs, atelier « Un corps pour porter un texte », 18 septembre 2019

Journée-bonheur chez Joëlle Wintrebert et Henri Lehalle qui ont accueilli chez eux ce partage des savoirs UN CORPS POUR PORTER UN TEXTE proposé et animé par Sylvie Léonard. On a tous joué le jeu, on s’est engagés sans réserve. On s’est mis en scène, on a bougé le corps, utilisé des objets insolites (sabre en bois, lanterne en osier, cadre de miroir, tissu, chapeau…), fabriqué un masque, ri, parfois souffert. En bref on a expérimenté. Des portes se sont ouvertes pour chacun et des espaces se sont libérés. La voix est venue, le texte a pris davantage de sens. Et puis on a parlé, échangé. En résumé on a beaucoup aimé ce jour de septembre hors du temps sous les grands pins dans l’antre tapissé de livres… (on a juste un regret, que d’autres n’en aient pas profité…) Lire la suite…