Anthologie de poésie chinoise – MODERNITE 1917-1939 & 1987-2014, d’Anne-Marie Jeanjean

Anthologie de poésie chinoise – MODERNITÉ 1917-1939 & 1987-2014
édition bilingue, L’Harmattan, collection. Levée d’ancre, octobre 2018

Encres de Shanshan Sun – Co-auteur Shanshan Sun- préface des deux co-auteurs Shanshan Sun et Anne-Marie Jeanjean

 

A partir des poèmes célèbres qui ont bouleversé la tradition,  passer à la jeune génération de notre époque, c’est tenter de percevoir par la résonance des textes ces bouleversements qui, en un siècle, ont contribué à l’essor de la Chine actuelle.

Compensation de la CSG : pas pour tout le monde

« Excellent article du SELF (Syndicat des écrivains de langue française) qui fait un point très précis sur la situation des auteurs. »
(Joëlle Wintrebert)

 

La réunion du 20 novembre 2018 au ministère de la Culture n’a pas vraiment donné lieu à une « concertation » entre les représentants des artistes-auteurs et ceux des trois ministères concernés (Culture, Santé, Finances). Elle aurait dû avoir pour objet la communication par le gouvernement du projet de décret sur la réforme du statut social des artistes-auteurs qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Sauf que ledit projet a dû rester coincé quelque part entre les ministères et le Conseil d’État, chargé d’en examiner la conformité. Bref…
Cette réunion du 20 novembre s’est donc résumée à une présentation du dossier « augmentation de la CSG » et à celle des solutions retenues pour atténuer les effets négatifs de cette augmentation, intervenue depuis le début de l’année 2018. Le gouvernement avait promis qu’elle aboutirait à une progression du revenu net de tous les actifs. On sait depuis longtemps que ça ne sera pas le cas pour les artistes-auteurs qui, bien que socialement rattachés au régime général de la Sécurité sociale, ne sont apparemment pas des actifs comme les autres.Voici un résumé succinct des mesures prévues pour atténuer l’impact de la hausse de la CSG sur les revenus artistiques :

  • Pour 2018, plutôt que de compensation, on doit parler d’une « mesure de soutien au pouvoir d’achat ». Elle consistera en un versementréservé aux seuls affiliésde 0,95 % calculé sur la moyenne annuelle de leurs revenus d’artistes-auteurs pour 2016 et 2017. En sont exclus les quelques 180 000 assujettis non identifiés par l’Agessa, mais aussi les affiliés Agessa/MdA maintenus par dérogation, c’est-à-dire ceux, les plus précaires, qui ont été « repêchés » par nos deux organismes collecteurs. Sont également exclus les personnes – toujours celles qui sont le plus précaires – non à jour de leurs cotisations pour 2018.

Lire la suite…

Intervention de Jean Azarel, colloque international Philippe Garel, 29 novembre 2018

Jean Azarel est invité le 29 novembre au colloque international organisé par l’université de Paris Nanterre sur l’œuvre du cinéaste Philippe Garrel  Il y fera une intervention de 25 minutes intitulée De la transmutation des films de Philippe Garrel en poésie à partir de son recueil à paraître L’ange provisoire, entièrement inspiré par la filmographie du cinéaste.

A noter les chroniques sur notre blog des dernières réalisations du cinéaste. (« L’ombre des femmes », « L’amant d’un jour »).

ELLES ont aimé un homme plus jeune, de Jeanne Teisson

ELLES ont aimé un homme plus jeune, recueil de biographies, éditions Glyphe, novembre 2018
Illustrations : 20 photos

George Sand, Joséphine de Beauharnais, Marguerite Duras, Agatha Christie, Diane de Poitiers, Simone de Beauvoir, Marie Curie, Colette, Édith Piaf, Françoise Giroud, Sarah Bernhardt, Gala…
Vingt femmes d’envergure et de talent réunies à travers les siècles. Toutes ont aimé un homme plus jeune qu’elles, et ils les ont passionnément aimées.
Certaines se sont vouées à leur amant, d’autres se sont perdues pour lui, appuyées sur lui, ont profité de lui ou paisiblement vécu à ses côtés.
Ces amours hors norme ont profondément marqué la vie de ces femmes et celle de leur compagnon.

Rencontre avec Janine Teisson, 29 novembre 2018, Paris

Rencontre-dédicace autour de son nouveau livre aux éditions Glyphe

Elles ont aimé un homme plus jeune

Beauharnais, Marguerite Duras, Agatha Christie, Diane de Poitiers, Simone de Beauvoir, Marie Curie, Colette, Édith Piaf, Françoise Giroud, Sarah Bernhardt, Gala…
Vingt femmes d’envergure et de talent réunies à travers les siècles : elles ont aimé un homme plus jeune qu’elles, parfois beaucoup plus jeune. Et ils les ont passionnément aimées.

JEUDI 29 NOVEMBRE DE 18 h à 20 h

Le Sarah Bernhardt
2 place du Châtelet, Paris IV

Dans cet établissement prestigieux, face au Théâtre, Jeanne Teisson vous parlera de Sarah, bien sûr, mais aussi Edith, Françoise, Colette, George, Joséphine, Agatha… L’auteur sera ensuite à Bruxelles pour Le Salon du livre d’histoire.

Charte Info : CSG : L’État bricole, les auteurs le payent

Une explication plus claire (et plus offensive) de ce qui se profile pour les auteurs.

« Une nouvelle réunion entre les ministères de la Culture et des Affaires sociales et les artistes-auteurs confirme l’échec de la concertation promise. Obtenue après que les auteurs ont tiré le signal d’alarme l’année dernière, cette concertation représentait un véritable espoir d’être entendus et de mener les réformes en bonne intelligence. Hélas, durant cinq mois, les artistes-auteurs n’ont été que très partiellement informés de décisions prises de façon unilatérale par les pouvoirs publics. La réunion d’hier a confirmé les pires craintes de la Ligue et de la Charte. »
Lire la suite ici

une communication de la ligue des Auteurs Professionnels transmise par Joëlle Wintrebert

Ukiak, héros de guerre, de Marie-Hélène Lafond

Ukiak, héros de guerre, roman jeunesse, éditions Nouvelle Bibliothèque Jeunesse, novembre 2018


Ukiak est un jeune chien de traîneau qui n‛a jamais connu que son petit bout de bush d‛Alaska. Alors quand Amaguq, son maître inuit, l‛emmène, lui et ses compagnons Sam et Will, rejoindre la ville de Nome, qui aurait pu imaginer qu‛il allait traverser la moitié du globe, pour venir prêter main-forte aux soldats français engagés dans la Grande Guerre.

Dopés par ses cris d‛encouragements, nous prenons immédiatement de la vitesse. En tête, je mène la danse. Derrière moi, mes « swing dogs » suivent sans forcer. Quant aux « wheel dogs », eux courent consciencieux, appliqués, la tête continuellement baissée, pour garder l‛allure. Bientôt le traîneau de Sam n‛est plus qu‛un lointain souvenir.
Mais la réalité nous rattrape soudain. Absorbé par la course, j‛ai failli de ne pas le remarquer : ce sifflement si caractéristique. Un premier obus dans les sapins à droite de la piste. Aussitôt, Germain saute en bas du traîneau et court à côté. Il nous rattrape et puis nous dépasse. Mais voilà qu‛un autre bruit se fait entendre : celui d‛une mitrailleuse. De la neige mêlée à de la terre et des éclats de bois fusent de toute part. Pas le temps de réfléchir, Germain renverse le traîneau et se laisse traîner dans la neige pour freiner. Le traîneau s‛immobilise. Nous nous plaquons au sol pour éviter de nous faire massacrer.

 

 

Alerte – compensation de la CSG, 26 octobre 2018

Après que la SGDL et les autres organisations d’auteurs avaient violemment alerté les pouvoirs publics sur l’absence de compensation de la CSG pour les auteurs, la ministre de la Culture s’était engagée auprès des auteurs et du Parlement, qui nous avait apporté son soutien, sur une compensation pour 2018.
Il avait toutefois fallu attendre l’organisation des États Généraux du livre pour voir publier en urgence un décret en mai 2018 sur le sujet. Ce décret ne disait malheureusement pas grand-chose, sinon que la mesure de compensation ne concernerait en 2018 que les auteurs affiliés et non l’ensemble des auteurs assujettis et qu’il s’agissait moins d’une compensation sur la perte de revenus 2018 que d’une « aide au pouvoir d’achat ». Le dispositif devait être mis en œuvre par l’AGESSA dans le cadre d’une convention avec l’État qui restait à venir.
Depuis, malgré os multiples relances, écrites ou orale – notamment dans le cadre de la concertation enfin ouverte en 2018 -, aucune information n’a été communiquée par le Gouvernement aux organisations d’auteurs sur le calendrier et les modalités de mise en œuvre du dispositif.
Après une énième relance écrite de la SGDL et de plusieurs organisations d’auteurs, l’AGESSA vient finalement d’adresser directement aux auteurs un mail d’information sur le sujet, sans que personne n’ait été mis au courant de la procédure ni eu communication de ladite convention, si tant est qu’elle existe. Personne n’a d’ailleurs eu communication du rapport de l’IGAC/IGAS sur la CSG, tenu encore aujourd’hui au plus grand secret. On marche sur la tête au Gouvernement !

En l’état actuel de ce que nous savons, seuls les auteurs affiliés à l’AGESSA ou à la MDA ont dû recevoir ou vont recevoir, ou devraient recevoir ce fameux mail d’information.

> Si vous êtes affilié(e)  vous avez jusqu’au 31 décembre 2018 pour adresser un RIB à l’AGESSA et vous percevrez le montant de la « compensation CSG » dans un délai d’un mois. Si vous n’avez pas encore reçu de mail, vous pouvez aussi vous rendre sur votre espace privé AGESSA pour pouvoir bénéficier de la même procédure.
Attention, cette compensation de  0,95% n’est pas calculée sur vos revenus 2018 (et pour cause, ils ne sont pas encore totalement connus), mais sur vos revenus 2017, voire pour partie 2016. Certains d’entre vous risquent d’être gagnants, d’autres d’être perdants, mais sur cette question aussi, le Gouvernement, estimant qu’il s’agissait d’une aide au pouvoir d’achat, n’a rien voulu savoir. 

> Si vous n’êtes pas affilié (uniquement assujetti) vous n’avez pas reçu de mail. Vous êtes toutefois susceptible de recevoir ultérieurement une information. Pour bénéficier de la « compensation CSG » en 2018, il vous suffirait de vous faire connaître de l’AGESSA mais surtout, de régler vos cotisations retraite (6,90%).
Dans ce cas, il nous paraît urgent de ne rien faire dans l’immédiat : régulariser 6,90% pour recevoir 0,95% confine à la plus haute hypocrisie de la part du Gouvernement, pour ne pas employer d’autres termes.

Dès que nous aurons plus d’informations sur le processus qui permettra peut-être de rattraper la hausse de la CSG pour les assujettis nous vous l’indiquerons.
Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et continuerons comme nous le faisons depuis des mois à harceler le Gouvernement pour que la situation des auteurs soit enfin prise en considération en France.

Information transmise par la SGDL, communiquée par Joëlle Wintrebert

Inondations 2018, une chronique de Nicolas Gouzy

Chronique d’un événement, 2018

Trente ans d’une vie dans une benne de tracteur, trente années de labeur englouties par l’eau furieuse du Lauquet, entremêlées, concassées et dont il ne reste plus que des débris méconnaissables recouverts d’une boue noirâtre à l’odeur putride. Rien ne subsiste, rien n’a résisté. L’inondation a laissé en s’évacuant le fantôme du niveau atteint sur les murs, plus de deux mètres cinquante, c’est sûr. On a beau fouiller la vase à la recherche de quelque chose de récupérable ou simplement d’identifiable, le constat est partout le même : « à la benne ». Les sacs-poubelle en plastique noir, ces indéchirables de 100 litres dont on ne savait que faire, s’éventrent consciencieusement, laissant glisser dans la ruelle où ils s’empilent les entrailles d’une vie. On ne mesure pas ce que trente ans d’habitudes, trente ans de travail, de patience, d’efforts représentent en « vrai », le poids, le volume, la diversité, le tout d’une vie. Au bout du centième sac noir, après que les jeunes du village ont viré les meubles les plus lourds et les plus volumineux, les indestructibles bahuts, les imposants canapés et les étagères sur-mesure, il faut accepter que le tout soit devenu indistinctement le futur contenu d’une déchetterie monumentale où tout un village finira amassé. Trente ans de souvenirs, quand ce n’est pas une vie perdue, trente années d’économies, d’emprunts, trente ans pour réussir son jardin, pour punaiser aux murs quelques affiches-conseils dérisoires sur les risques de l’alcool ou du tabac. Et toujours l’odeur âcre et grasse du limon apporté par ce ruisseau d’habitude si vert, si tranquille, fainéant même et avare de son eau. Reste le vide, toujours sali, d’un quotidien meurtri, la porte qui ne ferme plus, comme un vertige triste qui vous serre là et la sirène d’un camion de secours qui retentit au loin. Lire la suite…

Partage des savoirs : journée com 2, 11 octobre 2018

Belle rencontre entre membres de Autour des Auteurs sur le thème « Communiquer plus efficacement autour de nos événements d’auteur (compositions de message, traitement d’image, utilisation des réseaux sociaux, teasers et autres objets de communication ». Reçus par Sylvie Léonard et conduits par Françoise Renaud, tous ont progressé dans leurs pratiques quotidiennes et sont repartis avec quelques outils supplémentaires dans leur musette et des pistes à creuser !
Convivialité au rendez-vous. Et bien sûr qu’on recommencera…

Photographies : Sylvie Léonard et Françoise Renaud, octobre 2018