Fonds de Solidarité ouvert aux auteurs (com SGDL)

une communication de la SGDL, 03/11/2020

 

Nous vous rappelons que le Fonds de solidarité est accessible à l’ensemble des auteurs et ouvert jusqu’au 31 décembre 2020.
Vous avez jusqu’au 30 novembre 2020 pour déposer une demande d’aide au titre du mois de septembre. Le formulaire de demande d’aide au titre du mois d’octobre devrait quant à lui être mis en ligne début décembre.

Si vous déclarez vos droits d’auteur en traitements et salaires, le formulaire de demande est disponible ici.
Si vous déclarez vos droits d’auteur en bénéfices non commerciaux, l’accès au formulaire de demande d’aide se fait depuis votre espace personnel sur le site www.impots.gouv.fr
Vous trouverez par ailleurs, sur cette page des informations concernant les autres aides et dispositions destinées aux auteurs.
La SGDL reste pleinement mobilisée pour vous renseigner, vous soutenir et vous défendre durant cette période. Aussi, a-t-elle formulé auprès du Gouvernement 10 propositions de mesures destinées à renforcer les soutiens aux auteurs durant les mois à venir, parmi lesquelles le prolongement de l’accès au Fonds de Solidarité au moins jusqu’au 30 juin 2021.

L’espion français de George Washington, d’Hervé Pijac

L’espion français de George Washington, Chronique huguenote III, roman historique, éditions de Massanne, octobre 2020

Comment un jeune Huguenot d’origine française se retrouve, dans des circonstances inattendues, mêlé à la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique en devenant en quelque sorte l’espion privé de George Washington alors général en chef de l’Armée continentale, un stratège extrêmement attentif au renseignement

Cette position privilégiée le conduira à côtoyer la plupart de ceux qui seront à l’origine du nouvel État et à vivre des expériences exaltantes mais aussi à percevoir de l’intérieur les difficultés et les paradoxes ayant présidé à cette naissance. Sa culture calviniste associée à ses engagements maçonniques lui permettront de cerner les faiblesses inhérentes qui marqueront de façon indélébile toute l’Histoire du pays.
S’étant lié d’une profonde amitié avec le marquis de Lafayette, celui-ci le convaincra de retourner en France où l’Histoire, à nouveau, le happera…
Un livre d’aventure et d’espionnage, mais également une réflexion sur le passé pour servir le présent.

Si la trame romanesque de ce livre est bien présente, le regard personnel et original porté sur les faits historiques, souvent méconnus mais toujours très documentés, concourt à créer une atmosphère d’authenticité particulière.

chez l’éditeur ici

 

Po.ms, de Janine Teisson

Po.ms, recueil, collection 22 222 poésie, Ours éditions, septembre 2020

 

Délicieuse dresseuse de mots, Janine Teisson nous entraîne dans une farandole de sonorités et de lettres, à consommer sans mot dérations !
Qu’est-ce que c’est que ces Po’Ms? 9 poèmes farfelus, poèmes pour rire, pour jouer avec les mots, pour les envoyer en l’air, des poèmes à dormir debout, qui ne mangent pas de pain et  ne manquent pas d’air.
 
 
 

EXTRAITS

Lettre M

Tu veux
un po M?
Un po M du dix neuviè M
Ou du vingt et uniè M?
Un po M de Boh M?
Enfermé dans une gè M?
Un po M que tu aiMes
comme je t’M?
Ce sera très difficile,
je t’avertis.

 

La charcutière

Elle a couché tous ses lardons,
elle a lavé leurs pieds de cochons,
mais ce ne sont pas des gens bons.
A force de faire des sauts six sont KO.
Le dernier fait sa tête de lard.
Mes Jésus, ne me cassez pas les rognons,
leur dit-elle en leur tapant sur le museau.
Ils s’endorment en faisant rillettes,
alors elle se passe du fard à paupiettes,
bichonne son sein doux sous la bavette,
s’inonde de parfum numéro 5 de Quenelle
et va au bal des petits boudins blancs.

 

La brebis grise, de Francis Zamponi

La brebis grise, nouvelle, collection 22 222, Ours éditions, octobre 2020

Qu’allait donc faire le rigoureux pasteur américain Zacharius Franklin Jenkins à la feria de Pampelune ?
Un texte noir à la sauce Zamponi.

EXTRAIT

« – Bien sûr. Si cela vous tente, je vous recommande le rabo de toro. C’est une recette andalouse mais il y a aussi les criadillas, ce sont des…
N’osant être plus explicite sans choquer mon pasteur, je me tais.
– Vous me disiez que ces criadillas sont ?
– Et bien, mon révérend, il s’agit, comment vous dire… d’un plat composé de… de parties génitales du taureau.
– Ne soyez pas pudibond. Vous auriez pu me dire cojones. Vous croyez que mes Mexicains n’emploient jamais ce mot ?
– Et bien les criadillas sont les cojones panées et frites du taureau. »

 

chez l’éditeur

Retronews, archives de presse numérisés

on peut lancer des recherches dans trois siècles de presse écrite
une malle aux trésors

Retronews est un site proposé par la Bibliothèque Nationale de France qui offre une plongée dans l’histoire à travers les archives numérisées de plus de 1000 titres de presse publiés de 1631 à 1950. Cette offre éditoriale d’une incroyable richesse, plus de 15 millions d’articles, permet une approche originale de l’histoire à travers trois siècles de presse en ligne.

Un moteur de recherche puissant pour tirer profit de toute la richesse des archives de presse.

 

c’est par ici

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault, présentation au Gazette Café, Montpellier, 31 octobre

Raymond Alcovère présentera son dernier livre

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault

au Gazette café à Montpellier, le samedi 31 octobre à 13h

 

Ce livre est une invitation à la flânerie. À la rêverie. Et à de superbes découvertes ! De l’abbaye de Valmagne au canal royal de Sète, des eaux miraculeuses d’Avène-les-Bains au siège héroïque de Minerve, en passant par la promenade du Peyrou ou la manufacture royale de Villeneuvette, ce livre est même un peu plus qu’un simple livre… Il est un étonnant voyage à travers l’histoire de l’Hérault.
Une exploration jalonnée de sites peu connus et inédits, qui commence avec les mystérieuses statues-menhirs du département et qui s’achève dans l’invention de l’outrenoir par Pierre Soulages. Entre-temps se dressent plus de deux millénaires d’une histoire exceptionnellement riche. Une histoire mouvementée, parfois tragique, mais toujours haletante.

Petit extrait : La féminité de Montpellier est indéniable, ce qui ancre la ville dans la modernité. Elle a été de tous temps réputée pour la beauté et la liberté de ses femmes, notamment ses grisettes. Et c’est tout naturellement que la fontaine des 3 Grâces a contribué à imposer au XIXe siècle la place de la Comédie comme lieu de rencontre et symbole de la ville.

Papillon Rouge éditeur
Blog de l’auteur

Entrée libre
6 rue Levat 34000 Montpellier
Au cœur du nouveau quartier Saint-Roch, face à la gare SNCF, à 500 mètres de la place de la Comédie.
04 67 59 07 59

Appel de cotisations Urssaf : panique et décryptage

un article de La Ligue des Auteurs Professionnels, 6 octobre 2020

Pour les chanceux qui ont accès à leur espace artistes-auteurs de l’Urssaf Limousin, une surprise de taille vient de tomber. Vous venez de voir apparaître vos appels de cotisations et ces dernières n’ont jamais été aussi importantes ! Nous comprenons le vent de panique qui souffle sur la profession. Dans une période déjà extrêmement rude socialement et économiquement, le traitement réservé aux artistes-auteurs est grave. Nous allons tenter au mieux de vous expliquer la situation et de vous donner des outils pour savoir comment agir selon votre cas.

Lire la suite ici

 

écouter aussi la 4ème Web émission – Urgence URSSAF

Cédric Bastelica (directeur de la transition Agessa-URSSAF) se prête à l’exercice et répond aux questions de Samantha Bailly (présidente de la Ligue des Auteurs Professionnels), Katerine Louineau (représentante du CAAP), Aurélie Gerlach (administratrice de la Charte des Auteurs et Illustrateurs Jeunesse) et Paola Appelius (présidente de l’ATLF).

Le dragon du jour de l’an (album CD), de Marie-Hélène Lafond

Le dragon du jour de l’an, album CD jeunesse, collection Lire Écouter Rêver, Circonflexe éditions, octobre 2020
Illustration Suzy Vergez
(la version album seul a été éditée en 2016 chez le même éditeur)

 

Au temps où les dragons régnaient sur la terre et sur les mers, on ne célébrait pas le Nouvel An.
Dans un petit village de l’île de Taïwan, c’était même le jour le plus triste de l’année car, bien longtemps auparavant, un homme avait eu le malheur de tuer un dragon des mers. Et depuis, le fantôme du dragon revenait les hanter chaque année dans la nuit du Nouvel An, réclamant le sacrifice d’un fils premier-né, pour satisfaire son appétit vorace !

 

EXTRAIT

Pendant trois jours et trois nuits, la veuve Teng arpente fiévreusement son humble demeure.
« Que pourrais-je faire ? Je ne peux pas laisser ce dragon dévorer mon unique enfant ! » se désespère-t-elle en regardant Hui, son petit garçon, jouer dans la cour.
La nuit venue, elle s’assoit auprès de son fils endormi et caresse sa joue avec tendresse.
« Il faut que je trouve une solution. Il n’aura pas mon fils ! » pense-t-elle avec détermination.
Elle prie les dieux ainsi que ses ancêtres. Elle consulte les prêtres, les villageois… Mais personne ne sait comment l’aider.

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault, de Raymond Alcovère

Les Hauts lieux de l’Histoire dans l’Hérault, histoire, Papillon Rouge éditeur, octobre 2020
Illustrations : photos noir et blanc

Ce livre est une invitation à la flânerie. À la rêverie. Et à de superbes découvertes ! De l’abbaye de Valmagne au canal royal de Sète, des eaux miraculeuses d’Avène-les-Bains au siège héroïque de Minerve, en passant par la promenade du Peyrou ou la manufacture royale de Villeneuvette, ce livre est même un peu plus qu’un simple livre… Il est un étonnant voyage à travers l’histoire de l’Hérault.

Une exploration jalonnée de sites peu connus et inédits, qui commence avec les mystérieuses statues-menhirs du département et qui s’achève dans l’invention de l’outrenoir par Pierre Soulages. Entre-temps se dressent plus de deux millénaires d’une histoire exceptionnellement riche. Une histoire mouvementée, parfois tragique, mais toujours haletante.

 

EXTRAITS

Si aujourd’hui, le peuplement de notre département se concentre de plus en plus sur le littoral, il n’en a pas toujours été ainsi. La mer, longtemps on a préféré la tenir à distance. Contrairement à celles de la basse Provence et des rivages catalans, les principales villes de l’Hérault (Béziers, Pézenas, Montpellier, Lunel) se sont développées à l’écart de la côte. A L’exception de Sète – mais on sait que la ville a été construite de toutes pièces en 1666, dans le prolongement du canal du Midi.

Sous le règne de l’empereur Charlemagne, après les invasions sarrasines, l’Eglise est en plein essor. On voit s’élever partout des abbayes bénédictines dont l’ordre a été fondé au 6e siècle par Benoit de Nursie. Parmi les six qui vont s’installer sur le territoire de l’actuel département de l’Hérault, celles d’Aniane et de Gellone par leur rayonnement, leur rivalité et leur histoire, connaitront des destins remarquables.

Situé au cœur de ce que les historiens ont appelé le « Midi rouge », l’Hérault a toujours été une forte terre de rébellion. Cette révolte a probablement trouvé son point d’orgue en 1851, après le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III.

La charmante villa Argentine, située 34 rue Marcel de Serres, à Montpellier, dans le quartier paisible des Arceaux, a abrité, dès 1940, la première cellule de résistance de la zone non occupée par les allemands. Pendant deux ans, la pension Guibal et ses occupants furent le principal lien du Sud de la France avec Londres.

La Pointe-Courte, ce quartier magique et hors du temps de Sète est entré dans la légende du cinéma, depuis qu’Agnès Varda y a posé ses caméras en 1954. C’était son premier film, et beaucoup le considèrent comme le point de départ de la Nouvelle Vague. Il mettait en scène les habitants du quartier, « les Pointus » aux côtés d’un couple de jeunes acteurs promis à un bel avenir, Sylvia Monfort et Philippe Noiret.

chez l’éditeur

 

URSSAF – Surcotiser ou non pour sa retraite ?

une communication de la Charte, 09/10/2020

 

Il y a quelques jours, vous avez reçu ce courrier de l’Agessa, (devenue « Sécurité Sociale des artistes auteurs »), et depuis vous ne cessez de vous demander si vous devez ou non surcotiser. Nous aussi, à la Charte, nous nous posons la question : et sans réponse, nous avons écrit aux autorités concernées en espérant obtenir une réponse d’ici le 31 décembre 2020, date limite pour effectuer une demande de surcotisation.

Ce que nous savons

La possibilité que les artistes-auteur·rices puissent surcotiser était une demande des organisations qui vous défendent.
Cette possibilité de surcotiser concerne la validation de l’année 2019.

Pour rappel, les cotisations retraite sont précomptées par l’URSSAF Limousin depuis le 1er janvier 2019 (c’est la fameuse déclaration de revenus 2019 que vous avez validée, sauf problème).
Dans le système antérieur l’Agessa vous aurait demandé pour 2019 des cotisations assises sur les deux années précédentes : 2017 et 2018. Comme ce système a changé, cette période 2017 et 2018 ne sert pas comme base de calcul des cotisations pour 2019, ni pour aucune autre période. Pour compenser cette période 2017-18 non cotisée, il est donc possible de surcotiser, mais seulement si cela en vaut la peine. Lire la suite…

Hallali !, carnet d’enquêtes n°3, d’Isabel Lavarec

Hallali !, carnet d’enquêtes n°3, série de romans policiers pour ados, Ex-Aequo éditeur, septembre 2020

Halinea est kidnappée par un tueur en série !
Bâillonnée, ligotée, dans le carré d’un petit voilier qui affronte du très gros temps, de quoi a-t-elle le plus peur ? du sérial killer qui viole et tue ou de l’esquif mal entretenu qui peut couler à tout instant ? Pour penser à autre chose, se donner du courage et surtout trouver le moyen de se sauver par le biais de failles de l’assassin au cruel rituel, elle se force à maîtriser sa frayeur et à revivre la tragique histoire depuis son entrée en scène.

Peur, suspense, humour et réflexions philosophiques se croisent et s’entrecroisent pour rendre le récit haletant et agréable à lire.
Hallali !, une nouvelle enquête menée tambour battant par l’héroïne, qui traite aussi des relations entre générations, toujours d’actualité.

LA COLLECTION : Au travers de polars à multiples rebondissements, sont abordés des thèmes touchant les adolescents : après l’ostracisme et le racisme (carnet 1), la phobie scolaire (carnet 2), le carnet 3 aborde le conflit intergénérationnel.

 

EXTRAIT : PRÉLUDE – Le 24 mai 16 heures

Kidnappée ! Séquestrée ! Je me trouvais prisonnière au fond de l’esquif amarré en bout d’appontement où de nombreux bateaux formaient un véritable village.
Quelle gourde ! Comment avais-je pu tomber dans ce piège ? J’étais furieuse contre moi et contre celui qui trompait bien son monde.
Irréel ! La liberté à portée de voix et je ne pouvais pas crier. Le mouchoir en boule qu’il avait mis dans ma bouche m’en empêchait. C’était un fou ! Il fallait l’enfermer !
De ma banquette, assise en contre-bas, je voyais un groupe de jambes se déplacer et s’arrêter devant le bateau. Je voulus hurler, mais mon bouchon buccal étouffait les sons. Je tapai des pieds, mais liés l’un contre l’autre cela s’avérait inefficace. De plus, le tapis au sol assourdissait mes coups. J’étais désespérée. Pourtant tous ceux qui pouvaient me libérer étaient là, tout près. Je reconnus le lézard tatoué sur la cheville de la dame du bateau d’à côté ; la cicatrice au genou de Jean, le capitaine du Minorquin. Au milieu de tous, les tongs de mon prédateur semblaient à leur aise en s’approchant de la bite d’amarrage. Le kidnappeur s’accroupit, défit lentement le nœud de cabestan sans oublier de me lancer un regard torve. Brrr, j’en eus froid dans le dos. J’espérais qu’il n’aurait pas l’idée de naviguer, sa compagnie me donnait déjà la nausée. Lire la suite…

Témoignage d’une autrice à propos de la sécurité sociale des auteurs

Deux décennies de problèmes avec la Sécurité sociale des artistes-auteurs

un témoignage de Valérie Mangin, scénariste de bande dessinée
une tribune du 30 septembre 2020 sur le site ActuaLitté

 

Je suis autrice professionnelle de Bande Dessinée depuis vingt ans. Ce n’est un secret pour personne sauf pour l’Urssaf apparemment. En tout cas, elle m’a oubliée jusqu’ici. Heureusement, je vis bien de mon métier et je suis très informée sur les limites des réformes en cours. J’arrive donc à dormir tranquillement.Mais j’imagine l’inquiétude de tous les autres laissés-pour-compte de la bascule de l’Agessa vers l’Urssaf. C’est pour eux que j’écris cette tribune. Vous allez voir, mon parcours avec la Sécurité sociale des artistes-auteurs a été épique.

lire la suite ici

Illustration : portrait de Valérie Mangin emprunté au site ActuaLitté